Club robotique de Sophia-Antipolis

Accueil > POBOTpedia > Programmation > Apprendre à coder > Les micro-contrôleurs > Les micro-contrôleurs sans ta mère > A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

jeudi 24 novembre 2005, par Eric P.

  Sommaire  

A défaut de disposer d’une alimentation de labo, il est possible de fabriquer à très peu de frais un petit montage fournissant du 5V régulé à partir d’une tension entre 12 et 7V (typiquement, à partir d’un pile 9V ou d’un jeu d’accus (par exemple un pack 6 éléments Cd-Ni).

 Le schéma

Plus simple que cela, tu meurs :

PNG - 4.5 ko

Les différents composants sont :

  • un régulateur 5V : un petit 78L05 boitier plastique par exemple pour un circuit à faible consommation (moins de 100mA), sinon un 7805 en boîtier avec dissipateur pour les plus gourmands (150mA sans radiateur, et jusqu’à 1A avec)
  • des capas de filtrage :
    • deux électrochimiques de bonne valeur (ici 100 µF et 10 µF) pour absorber les plus grosses fluctuations
    • deux céramiques de 100 nF pour éliminer les perturbations haute fréquence

 Le montage

C’est selon vos goût, sachant que ce "module" peut être intégré dans un schéma plus complet également. Pour une alimentation volante de vos expérimentations sur plaquette sans soudure, un câblage sur plaquette à pastilles ou à bandes fera très bien l’affaire.

Par exemple, voici la réalisation sur plaquette à bandes par Fabrice :

PNG - 439.3 ko
Alim régulée 5V

A vos fers à souder.

Vos commentaires

  • Le 13 janvier 2014 à 13:59, par Cyspeo En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

    Bonjour,
    Merci et bravo pour cette article très complet.
    Pour mon raspberry, j’ai fait un montage similaire avec un condensateur de 220 uf en entrée et 10uf en sortie.
    Pour une entrée de 9v j’ai une sortie de 5.58v. Je m’attendait à du 5.0v en sortie.
    C’est grave docteur les 0.58v en plus ?

    Cyspeo

    • Le 12 mai 2014 à 00:14, par Eric P. En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Je suppose que la mesure des 5.58V a été faite à vide, c’est à dire sans rien comme charge derrière le régulateur. Dans ce cas il est normal que la tension soit supérieure à la valeur nominale car le processus de régulation ne peut se faire que si un courant (même faible) circule.
      Sinon, c’est que le régulateur est hors specs, mais je n’ai jamais rencontré cela.
      Désolé pour le délai de la réponse, la notification de votre post a dû m’échapper :/
      Eric

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril 2014 à 20:34, par djgsi974 En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

    Bonjour.
    Je viens de connaitre votre site, chapeau pour le travail effectué.
    J’ai fait l’acquisition d’un petit bot récemment.
    Je suis programmeur et gros débutant en robotique et électronique.
    Votre article est très intéressant, mais j’ai des questions svp.
    En fait, mon bot est alimenté par des piles standards (5x1.5v=7.5v). Je voulais utiliser des rechargeables, le constructeur m’a confirmé que je pouvais le faire. mais il faut une pile en plus (les recharg. font 1.2v : 6x1.2v=7.2v en 2300 mA). Mais je peux avoir une batterie d’imprimante portable en 7.2v en 4000 mA.
    J’aimerais ajouter à mon bot un rasp. pi+caméra+écran LCD (5v 200mA) et des capteurs (le total fera moins de 4A).
    J’aimerais alimenter tout avec la batterie et utiliser votre montage pour réguler la tension pour le pi : directement la carte du bot (gestion moteur et capteurs), et le Pi en passant par le montage (cerveau)
    - Faut-il faire attention à l’ampérage en entrée pour la carte du bot ?
    - Quelles vérifications dois-je faire pour ne pas griller mon matériel ?
    - Est-il possible d’alimenter les 2 comme je souhaiterais le faire ?
    Je suis de l’île de la réunion, et faire venir du matériel coûte très cher comparé à chez vous.
    Merci d’avance.

    • Le 10 avril 2014 à 22:14, par Eric P. En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Bonsoir,
      Et merci pour le compliment ;)
      « ... une batterie [...] en 7.2v en 4000 mA ».
      Attention, il doit certainement s’agir de 4000 mAh, qui est une unité de capacité et non d’intensité. Schématiquement, cela veut dire qu’en théorie la batterie est capable de fournir un courant de 4A pendant 1h, ou d’1A pendant 4h, ou toute autre combinaison du genre. Ce type de batterie doit pouvoir fournir 4A sans difficulté.
      « en passant par le montage (cerveau) »
      De quel montage s’agit-il et que signifie de cerveau dans la question ?
      Concernant le régulateur, il faut connaitre la consommation maximale de ce qu’on veut alimenter avec (en Ampères par conséquent), prendre une marge de sécurité (disons 20%) et en choisir un capable de fournir cette intensité. Le 7805 mentionné dans cet article ne dépasse pas 1.5A.
      Ceci étant l’article est ancien et il y a de nos jours des solutions beaucoup plus efficaces qui fonctionnent selon un principe différent présentant le gros avantage de ne pas dissiper de l’énergie en pure perte sous forme de chaleur. J’en présente un exemple dans cet article.
      Et bonjour aux habitants de la Réunion : j’ai travaillé pendant 9 ans avec un de vos compatriotes, dont j’ai encadré la thèse et qui a passé quelques années dans mon labo de recherche. J’en garde un excellent souvenir ;)
      Cordialement
      Eric

    • Le 11 avril 2014 à 11:55, par djgsi974 En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Bonjour Eric.
      Merci pour la réponse rapide.
      En effet, il s’agit de 4000 mAh. Cela prouve bien mon niveau dans le domaine lol, et votre aide m’est donc précieuse.
      En fait, j’aimerais, à partir de cette fameuse batterie, pouvoir alimenter deux cartes :
      - Celle du bot (qui accepte entre 6 et 9v), donc la batterie de 7.2v va très bien aller je pense. Je m’inquiétais de l’ampérage, mais je comprends que ça n’a rien à voir. Si j’ai bien compris, le seul ampérage intéressant est ce que les composants (cartes, capteurs, moteurs, écran etc...) vont consommer. Pour info, il s’agit d’un "activitybot" de Parallax.
      - En parallèle, alimenter un Raspberry pi (Ce sera le fameux cerveau quand je l’aurais ajouter à mon bot car il va prendre toutes les décisions, gérer la reconnaissance faciale, vocale etc... et communiquer avec la carte de base du bot par liaison série). Le bloc secteur du Pi fourni 5v 1A.
      Votre montage fourni du 5v et jusqu’à 1A, il me semble donc parfait pour le Pi (j’ajouterais le dissipateur termique).
      L’autre solution est effectivement plus intéressante, mais j’ai déjà tout le nécessaire pour ce montage, je vais donc utiliser cette solution dans un premier temps.
      Si vous pouviez juste me confirmer le fait que j’ai bien compris, ça serait sympa. Et si vous avez d’autres remarques, n’hésitez surtout pas.
      PS : je ne manquerais pas de transmettre votre bonjour à toute l’île. Mdr.
      A très bientôt.

    • Le 11 avril 2014 à 13:36, par Eric P. En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Bonjour,
      C’est tout bon :
      - la batterie alimente en direct le robot (qui a sa propre régulation)
      - elle alimente la RasPi au travers d’un régulateur 7805 ou similaire.
      Le 7805 en a suffisamment sous le pied pour la RasPi, car les mesures que j’ai effectuées avec montrent une consommation de l’ordre de 400mA. Ca peut par contre monter au-dessus si on ajoute des devices USB alimentés par la carte, comme un dongle Wifi par exemple. Mais le 5V fourni au port USB étant connecté en direct avec la ligne 5V de la carte, si le régulateur en amont suit ça fonctionne.
      Au cas où, un petit conseil pour soulager le proc de la RasPi : dans un bot on a rarement besoin d’un environnement graphique. On peut donc supprimer le lancement de X et du bureau lors du processus de démarrage de Linux. Ca peut se configurer via l’outil raspi-config, ou en allant modifier directement le script d’init (je crois même en avoir parlé dans un des articles que j’ai écrits à son sujet). On récupère alors de la mémoire et des cycles CPU.
      Bonne continuation, et peut-être à bientôt sur le site, au travers d’un petit article de votre plume décrivant votre projet ;)
      Cordialement
      Eric

    • Le 11 avril 2014 à 17:32, par djgsi974 En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Parfait.
      Concernant l’écran, il s’agit d’un écran autonome de chez 4d system. Celui-ci intègre son propre controleur et son propre programme. Il me permettra d’ajuster des paramètres du robot grace au fait qu’il soit tactile, et d’afficher des informations ou images et même de jouer du son. Il communiquera aussi en série ou par le port gpio avec le raspi. Le système graphique du pi ne sera donc pas lancé. Quelques cycles cpu seront cependant nécessaires pour la communication.
      En tous cas merci beaucoup pour le temps accordé a ma demande et je n’hésiterais pas à partager mon projet sur ce site dès qu’il sera un minimum fonctionnel. A moins que ça puisse être intéressant de le décrire au fur et à mesure de son avancement.
      A très bientot donc.
      Patrick.

    • Le 11 avril 2014 à 22:38, par Eric P. En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      “A moins que ça puisse être intéressant de le décrire au fur et à mesure de son avancement.”
      Ca peut l’être : cf la série d’articles que j’ai écrits sur la conception et la construction du radeau environnemental.
      Documenter des galères, des erreurs, des fausses pistes,... peut être extrêmement instructif pour les autres. Et aussi pour soi-même lorsqu’on cherche à expliquer pourquoi ça n’a pas marché, ou pas comme on s’y attendait.
      Cordialement
      Eric

    • Le 11 mai 2014 à 21:57, par djgsi974 En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Bonjour eric.
      j’ai ouvert un blog sur le suivi de mon projet.
      voici le lien : http://djgsi974.wordpress.com/
      Je ne sais pas si ça peut intéresser certains.
      J’ai utilisé votre montage, et il fonctionne très bien. Il alimente pour l’instant un raspberry pi. Il alimentera bientôt la deuxième carte.
      C’est toujours un plaisir de lire les articles du site.
      Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2007 à 11:52, par ? En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

    Bonjour
    Je dois créer 4 detecteur de lumiére mais je ne dispose pas de generateur de labo.
    Comment faire avec une seule alimentation brancher sur le secteur alimenter mes 4 detecteur de lumiere ?

    Encore merci

    Au revoir

    • Le 5 septembre 2007 à 19:48, par Eric P. En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Je ne suis pas certain de bien comprendre la question.

      Si on veut alimenter plusieurs montages à partir d’une même alimentation, s’ils fonctionnent tous avec la même tension d’alim, il suffit de les brancher en parallèle.

      Si les différents montages sont un peu éloignés les uns des autres, je conseille cependant de ne pas tirer des lignes d’alimentation régulée (c’est à dire à partir de la sortie du montage décrit dans cet article) trop longues car elles vont récolter tous les parasites qui traînent et le montage qui est alimenté par ce biais risque d’être perturbé par ces parasites et d’avoir quelques problèmes de fonctionnement ou de fiabilité. Ce qu’il faut faire alors est de placer la partie génération de la basse tension non régulée (c’est à dire le transfo, le pont redresseur et une grosse capa chimique de filtrage) à un endroit, de tirer une ligne basse tension vers chacun des montages, et de placer un circuit régulateur comme celui décrit ici au niveau de chaque montage (détecteur dans ton cas)

      Plus de précision sur ce que tu veux réellement faire me permettrait de donner une réponse éventuellement plus appropriée.

      Cordialement

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier 2006 à 23:41, par Eric P. En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

    Ci-après la retranscription d’échanges de mails récent avec un lecteur concernant quelques explications relatives aux condensateurs de filtrage. A toutes fins utiles....


    Bonjour,

    j’ai bien lu votre texte sur l’alimentation des montages en 5V. Néanmoins
    etant débutant il y a toujours de nombreuses questions que je me pose.
    J’ai du mal à comprendre comment on détermine la valeur des condensateurs,
    grâce à quels calculs, lois, etc...

    De plus, dans tous les montages que je vois je peux voir des condensateurs
    mais je n’arrive pas bien à comprendre exactement leur utilité. J’ai bien
    sûr lu beaucoup de documentation sur le sujet mais tout cela reste
    abstrait, je serai incapable de créer un montage perso qui utiliserait un
    condensateur ( pourquoi ? comment determiner sa valeur ? etc..).
    - des capas de filtrage :
    — deux électrochimiques de bonne valeur (ici 100 µF et 10 µF) pour
    absorber les plus grosses fluctuations
    — deux céramiques de 100 nF pour éliminer les perturbations haute
    fréquence

    d’apres http://perso.wanadoo.fr/e-lektronik/LEKTRONIK/C2.htm#C243 je sais
    que :
    "Le rôle du condensateur de filtrage, généralement un électro-chimique de
    forte capacité, est de réduire l’ondulation d’une tension redressée
    lorsqu’on passe, par exemple dans une alimentation, d’une tension
    alternative à une tension continue. Il permet, en quelque sorte, de
    "lisser" la tension ondulée."

    Voilà en fait en envoyant ce mail j’aurai souhaiter savoir si vous pouvez
    m’aiguiller vers un site qui me presenterait de maniere "pratique"
    l’utilité des condensateurs ou bien simplement me dire comment vous
    determinez ceux présent dans votre montage.

    Merci d’avance

    — Envoi via le site PoBot : Robotique Sophia-Antipolis
    (http://www.pobot.org/) —


    Réponse faite :

    Comme indiqué dans le texte, les condensateurs servent à éliminer les
    fluctuations résiduelles sur une tension continue. Ces fluctuations sont
    principalement de deux natures :
    - parasites (haute fréquence) générés par des élements externes
    (moteurs, autres circuits électroniques)
    - fluctuations de la tension suite à des variations importantes de
    l’intensité consommée par exemple

    Dans l’utilisation qui en est faite ici, il faut les considérer comme
    des réservoirs tampon qui vont être capable d’aborber ces fluctuations
    et donc de "nettoyer" la tension continue en la rendant le plus continue
    possible.

    Pourquoi utiliser 2 types de condensateurs : tout simplement à cause des
    valeurs (capacités) requises. On peut se reporter à des cours de base
    d’élec et y trouver les formules de calcul de la résistance présentée
    par un condensateur en fonction de sa capacité et de la fréquence du
    signal périodique concerné, mais il y a une façon plus "pratique" de
    voir la chose.

    Si on reprend l’analogie du réservoir tampon, on voit que pour absorber
    efficacement des fluctuations importantes et de fréquence faible (par
    exemple les variations de tension liées à des variations de
    consommation) il nous faut un réservoir de grande capacité. Par contre
    pour des perturbations de plus faible amplitude et de fréquence plus
    élevée, un réservoir de petite capacité suffit. Mais alors me
    direz-vous, autant n’en mettre qu’un gros et c’est bon, puisque qui peut
    le plus peut le moins. Dans l’absolu oui, mais dans la pratique non,
    pour des raisons de réalisation des condensateurs.

    Les condensateurs de forte capacité ne peuvent être que de type
    électro-chimiques (polarisés de surcroît). Leur défaut est une espèce
    "d’inertie" qui les rend inefficace en termes de réaction face à des
    changements rapides, et donc pour des signaux de fréquence élevée. C’est
    pourquoi on les double d’un condensateur céramique de faible capacité
    pour traiter ces perturbations.

    Quant aux choix des valeurs maintenant. Encore une fois, on peut les
    retrouver via les formules théoriques. Dans le type d’application que
    nous faisons, nous les roboticiens du dimanche, un choix empirique est
    tout aussi bon, car basé sur le vécu. La règle est donc :
    - prendre un électrochimique de plusieurs dizaines, voire centaines, de
    µF pour le filtrage des fluctuations importantes (la capacité sera
    d’autant plus importante que les flucturations pressenties et le courant
    consommé le seront)
    - ajouter en parallèle un céramique de 100nF (valeur passe-partout) pour
    le filtrage des hautes fréquences

    En ce qui me concerne, je double la mise : un tandem chimique+céramique
    en amont du régulateur et un autre en aval. Abondance de biens de nuit pas.

    Si on veut voir les choses sous un angle plus théorique, il faut savoir
    qu’un condensateur présente une résistance d’autant plus faible au
    passage d’un signal que sa capacité est forte et que la fréquence du
    signal est importante. Une condensateur présente donc une résistance
    infinie pour un courant continu, dont on peut considérer qu’il a une
    fréquence nulle. Notre tension d’alimentation perturbée est la
    superposition de la tension continue et de signaux périodiques
    constituant les perturbations. Vu qu’on branche les condensateurs de
    filtrage en parallèle sur les lignes d’alimentation (entre le + et la
    masse donc), ils vont donc agir comme des court-circuits d’autant plus
    directs que la fréquence du signal de perturbation est importante. D’où
    l’élimination des tels signaux. Par contre ils vont être sans effet sur
    la composante continue, puisque présentant une résistance infinie pour elle.

    Voilà, j’espère avoir un peu éclairci les choses.

    Cordialement

    Eric


    Bonjour,

    merci de votre réponse précise et rapide, cela éclairci en effet plusieurs
    points que je n’avais pas bien assimilé.

    En revanche il y a une chose tout à fait basique que je ne comprend toujours
    pas, d’apres ce que je lis sur les documentations j’en déduis que dans un
    courant continu les condensateurs ne laissent pas passé le courant. C’est cette
    propriété qui me semble assez "étrange" car je ne comprend pas comment les
    electrons peuvent continuer de circuler dans le circuit si ils sont bloqué au
    niveau du condensateur ?

    Merci encore.


    Réponse faite :

    C’est toute la différence entre courant continu et courant alternatif.
    En effet, le courant continu est bloqué par le condensateur (tout au
    moins lorsque celui-ci est arrivé à pleine charge) car les armatures qui
    composent tout condensateur ne sont pas reliées entre elles
    électriquement. Par contre, un courant alternatif qui lui change de sens
    (que ce soit périodiquement ou non), pourra se maintenir. En effet,
    le condensateur va alors se charger et décharger successivment selon le
    sens du courant, et donc les mouvements d’électrons ne seront pas
    bloqués... tant que ces mouvements, tant en "amplitude" qu’en volume
    restent compatibles avec la capacité du condensateur, ce qui engendre la
    notion de fréquence de coupure d’un filtre réalisé avec un condensateur.

    Pour bien comprendre ce mécanisme, il suffit de considérer l’analogie
    hydraulique, dans laquelle un condensateur se présente comme un
    réservoir ouvert aux deux extrémités, et séparé en deux parties par une
    membrane élastique. Tant que la membrane peut se déformer, on peut
    envoyer du liquide d’un côté (on charge le condensateur), et du liquide
    est expulsé de l’autre côté : le courant "passe". Dès que cette limite
    est atteinte, on ne peut plus. Si on force en augmentant la pression (ie
    la tension), on pête la membrane (et idem pour le vrai condensateur). Si
    maintenant on communique un mouvement alternatif de va et vient au
    liquide, tant qu’on reste dans la limite d’élasticité de la membrane, ce
    mouvement ne sera pas empêché, et en d’autres termes, notre *signal*
    alternatif va "traverser" le condensateur.

    Le point important à retenir est qu’il faut faire la différence entre
    signal variable (alternatif, périodique ou non) et signal continu.
    Dans le cas du premier, et s’il est symétrique, il n’y a pas de
    transfert de charge électrique si on l’intègre dans le temps, puisque
    globalement, ces charges effectuent un mouvement de va-et-vient. Dans le
    cas du courant continu, on effectue un transfert de charges entre les
    pôles du générateur de tension ou courant.

    Petite remarque au passage pour souligner cette nuance entre signal et
    mouvement de charges : on considére que le courant électrique se propage
    à la vitesse de la lumière dans un conducteur. C’est vrai et faux : ce
    qui se propage à cette vitesse est le signal, soit l’onde de mouvement
    des électrons, et non les électrons eux-même, qui si ma mémoire est
    bonne, ont une vitesse intrinséque plus proche du m/s (en fonction du
    matériau et de la température). C’est comme quand on jette une pierre
    dans l’eau : ce qu’on voit se propager, ce sont les ondes de mouvement
    et non les molécules d’eau, qui elles reste quasiment sur place, au
    mouvement vertical de l’onde près.

    Cela est-il plus clair ?

    Eric


    Bonjour,

    merci pour cette réponse, j’avoue que ça me parait deja beaucoup plus claire.

    Bonne continuation pour le site pobot et j’espere que vous ecrirez encore
    beaucoup d’articles.

    Salutations.

    • Le 30 avril 2006 à 13:48, par ? En réponse à : condensateurs

      c’est quoid le role des condensateurs ceramique et chimique ?

    • Le 30 avril 2006 à 14:13, par ? En réponse à : condensateurs

      Je crois que la réponse figure dans le message ci-dessus. L’avez-vous lu ?

      En résumé, ils jouent le rôle de filtre pour éliminer les fluctuations de tension dues aux variations de courant consommé par le circuit alimenté, et également les parasites pouvant être générées par tous les circuits en présence. Les condensateurs de forte capacité (électro-chimiques) se chargent des perturbations pour les fréquences les plus basses et d’amplitude les plus fortes (on peut les voir comme une sorte de réservoir tampon), tandis que les condensateurs de faible capacité éliminent les perturbations hautes fréquence (parasites) en les court-circuitant vers la masse (n’oublions pas qu’un condensateur présente une résistance au courant alternatif d’autant plus faible que la fréquence est élevée.

      Relisez en détail la compilation de réponses qui précède pour tous les détails.

    • Le 9 octobre 2007 à 09:25, par Christophe En réponse à : Deux circuits avec un seul condasateur qui est prévu bnormalement que pour le premier circuit !

      Bonjour j’ai une petite question à propos d’un petit circuit que j’ai réalisé ?
      J’ai réalisé d’après un plan, un petit circuit élecrtrique où j’utilise un condensateur de faible capacité mais prévu pour le circuit en question.
      Simplement j’ai voulu brancher un autre circuit qui est relié au premier circuit mais où là je n’ai à la base pas besoin de condensateur.
      J’aurais aimé savoir si le fait d’avoir branché ces deux circuits ensemble, est ce que le condensateur du premier circuit risque de nuir à mon deuxième circuit où là il n’y à apparement pas besoin de condensateur ? (Sachant que les deux circuits utilisés sont de même puissance 12).
      Merci de votre réponse en espérant avoir été clair !
      Cordialement.

    • Le 9 octobre 2007 à 10:18, par ? En réponse à : Deux circuits avec un seul condasateur qui est prévu bnormalement que pour le premier circuit !

      Bonjour,

      Difficile de dire cela sans voir de quels circuits il s’agit.

      Le mieux serait de me faire parvenir les schémas des 2 circuits à eric at pobot dot org (en remplaçant at et dot par ce qui va bien)

    Répondre à ce message

  • Le 26 octobre 2007 à 03:32, par Adrien En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

    Bonjour,

    Je réalise une carte alimentée sur secteur 220V. J’ai besoin d’utiliser une tension de 30VDC(@1A) pour alimenter des LEDs High power et de 5V(@100ma) pour mes circuits logiques. Ma première solution est de prendre un transfo délivrant 22Veff , redresser, filtrer et hop, on a un 30V (avec une ondulation selon la consommation des LEDs). Ensuite j’utilise 3 DC/DC (LM3402) pour fournir une alimentation en courant constant à mes LEDs RGB (je varie après l’intensité lumineuse avec une PWM issu d’un PIC). Le problème est pour le 7805. Une entrée à 30V(+-10%) et une sortie à 5V pour 0.1A me font 2.5W. Comment faire chuter la tension avant le régulateur pour ne pas utiliser un radiateur (problème de cout) ? Je pensais mettre une résistance en entrée de 200 Ohm par exemple. Ca me ferait une chute de tension de 20V@0.1A et une dissipation de 2W dans la résistance. Qu’en pensez vous ? Avez-vous une autre solution ?

    Merci

    • Le 26 octobre 2007 à 09:04, par ? En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Bonjour,

      Ca marcherait, mais ce n’est pas optimum. D’une part, il faut être certain que la consommation aval ne va pas faire varier la chute de tension dans la résistance avec une trop grande amplitude, ce qui risquerait de sortir de la plage de fonctionnement du 7805. Je n’ai pas les datasheets du 7805 en tête, mais 30V doit commencer à être relativement proche de sa tension d’entrée max. De plus, on dissipe énormément d’énergie en pure perte, ce qui n’est pas très en phase avec les volontés actuelles d’optimisation des consommations énergétiques :-)

      Puisqu’il y a déjà des DC/DC dans le paysage, j’en utiliserais tout simplement un pour le 5V aussi. Rendement optimal (80 à 90% selon le modèle), coût relativement modique actuellement et tranquillité d’esprit vis à vis de la chute de tension.

      Une autre option serait de trouver un transfo à double enroulement. On aurait ainsi une tension alternative médiane de l’ordre de 12V (sur la base d’un 2x12V par exemple) qui serait plus adaptée à la génération du 5V.

    • Le 27 octobre 2007 à 04:32, par Adrien En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Bonjour, avec un double secondaire il faudrait donc que je relie les enroulements en série. Cela revient à un transfo à point milieu non ?
      Et ensuite, est-ce que je peux utiliser un seul pont de diode (la phase au point milieu, suivant la tension de l’autre phase) ? Sinon je pensais à un LM317 qui accepte cette chute de tension.
      Pour un convertisseur DC/DC régulé en tension, tu me conseillerais quel modèle ?

      Merci

    • Le 27 octobre 2007 à 15:13, par ? En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Quand je parlais de double secondaire, ça pouvait aussi être un secondaire avec point milieu. Dans tous les cas il faut un pont de diodes par sortie secondaire utilisée.

      Le LM317 peut convenir, mais tu vas dissiper la majeure partie de la puissance consommée en pure chaleur. Pas très économe ni écolo ;-)

      Pour ce qui est du DC/DC, je n’ai pas de référence particulière à conseiller. Bon, c’est un peu plus cher, mais c’est plus classe ;-) et surtout ça ne chauffe quasiment pas, donc pas de radiateur, pas de gros boitier,...

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2005 à 17:08, par Mindiell En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

    Coucou,

    merci ca a l’air très intéressant. Je peux mettre ca derrière mon alim réglable 0-20V ?
    Ca me permettrais de pas la régler au poil près pour faire 3 essais :)

    • Le 2 décembre 2005 à 17:21, par Eric P. En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Oui bien entendu.

      Il faut juste la régler à quelques volts au-dessus de 5V et en restant sous les 10V environ, histoire que la puissance dissipée par le régulateur (ègale à chute de tension entre ton alim et 5v multipliée par intensité consommée par le montage en aval) ne dépasse pas les capacités de dissipation du régulateur utilisé. Pour un régulateur classique, il faut être au moins 2V au-dessus de la tension de sortie. Dans notre cas d’une tension de sortie de 5V, règle ton alim vers les 8-9V

      Pour info, il existe des régulateurs dits "low-drop" avec une chute de tension minimale bcp plus faible, qui autorisent donc une tension d’entrée plus proche de la tension de sortie.

      Merci pour ta visite :-)

      Cordialement

      Eric

    • Le 9 mars 2007 à 12:13, par CHRISTOPHE En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Bonjour,

      Je suis à la recherhce d’un régulateur 5V (alimenté en 12V) pour circuit imprimé, est-ce que cela existe ?

      Merci d’avance.
      Christophe

    • Le 9 mars 2007 à 13:50, par Eric P. En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Bonjour,

      Si par "régulateur pour circuit imprimé" tu veux dire "composant", la réponse est oui bien entendu. Celui que je cite (de la famille des 7805) peut monter jusqu’à au moins 24V en entrée. Et il y en a des tas de ce genre, il suffit juste de faire une petite recherche sur Google. Quelques datasheets sont également disponibles dans la rubrique régulateurs.

      Par contre, il faut être attentif à la puissance qui va être dissipée par le régulateur lorsqu’il va être en fonctionnement. En effet, ce type de régulateur, dit linéaire, se contente de dissiper la puissance en trop sous forme de chaleur. Imaginons par exemple que le montage alimenté consomme 500mA (soit donc 0.5A) et que le régulateur soit alimenté en 12V. La puissance qu’il va dissiper est de :

      P = (12v - 5v) * 0.5A = 3.5W

      Que représente la différence 12 - 5 : tout simplement la chute de tension que le régulateur provoque pour limiter la tension de sortie à 5V.

      Une puissance de 3.5W commence à faire pas mal de chaleur et il va falloir monter un dissipateur correct (radiateur) sur la petite languette métallique du boitier qui fait office de dissipateur intégré pour les faibles puissances.

      Il faut donc savoir à peu près quelle est la consommation du montage pour prendre ce type de décision. Si le courant avait été 10 fois moins important, on pouvait se passer de dissipateur, et même sélectionner un régulateur en petit boitier plastique (TO92) qui ressemble à un transistor.

      Lorsqu’on doit opérer une grande réduction de tension comme dans le cas présenté, on se tourne de plus en plus vers les convertisseurs DC-DC qui ne travaillent pas par dissipation d’énergie (quel gaspillage !) mais par hachage du courant (les fameuses alimentations à découpage). Ils sont plus chers que les régulateurs linéaires, demandent quelques composants particuliers tels que des selfs, mais offrent des rendement avoisinant les 80-90% (alors que dans notre exemple nous sommes à 40% seulement (5V/12V). Là encore, une petite recherche Google pourra te donner plus d’information sur le sujet.

      Cordialement.

    • Le 20 mai 2007 à 19:29, par (((_basskluture_))) - meet me at audiofanzine En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      bonjour,

      tout d’abord bravo pour cette explication extremement claire !!!

      je suis tombé sur ces messages car je cherche une solution pour filtrer le +5V DC d’un port USB qui alimente un periphérique audio... en parasites !!!

      suite a la lecture de cet article, je souhaitais installer 2 condensateurs en parallele. est ce judicieux ?

      cela va t-il modifier la valeur de la tension delivrée ?

      si je ne met pas de resistance (pour ne pas abaisser la tension) comment calculer la freqence de coupure du filtrage ?

      merci de votre reponse !

    • Le 21 mai 2007 à 21:35, par ? En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Merci pour l’appréciation :-)

      Si tu ajoutes des condensateurs simplement en parallèle, tu ne vas faire qu’augmenter la capacité résultante. Pour faire un filtre avec fréquence de coupure spécifique, il faut faire une cellule RC à mon avis. Je n’ai pas essayé ce genre de chose, et ai un peu oublié mes cours depuis les années, mais ça doit être correct.

      S’il s’agit de filtrer des fréquences élevées (ce qui doit être le cas dans ton application), tu peux aussi expérimenter avec une self en série, ce que ne devrait pas avoir autant de conséquences sur la tension.

      L’autre piste est de placer le filtre RC avant le régulateur, ce qui supprime le problème de la chute de tension causée par la résistance. Je commencerais par cette option en fait.

      Tout ceci n’est que supputation car je suis loin d’être un spécialiste du filtrage.... ni de quoi que ce soit d’ailleurs :-D

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai 2007 à 21:40, par ? En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

    Svp vous pourriez pas me dire comment je dois faire pour avoir : 1,5 V a la sortie (entrée:12V)
    Merci davance

    • Le 12 mai 2007 à 22:57, par Eric P. En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Il suffit de choisir un régulateur correspondant à cette tension de sortie. STMicroelectronics propose notamment les modèles LF15xx (15 signifiant 1.5V), qui acceptent jusqu’à 16V en entrée. On peut les trouver chez Farnell par exemple, qui met également à disposition leur notice technique.

      Attention cependant à la puissance qui va être dissipée par le régulateur. En effet, si I est le courant utilisé par ce qui est alimenté par le régulateur, et si la tension d’entrée est de 12V comme indiqué, le régulateur va devoir dissiper une puissance égale à I x (12 - 1.5), soit 10.5 x I. Cela peut donc représenter rapidement plusieurs Watts, et il faut alors prendre les dispositions nécessaires (dissipation thermique par radiateur par exemple) si on ne veut pas voir le régulateur se transformer en grille-viande dans un premier temps, puis en petit tas de plastique fondu au bout de quelques minutes.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2006 à 20:52, par Julien H. En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

    Si on veut utiliser ce montage pour plusieurs cartes 5V, peut-on mettre à la suite plusieurs connecteurs en parallèle ou bien y a-t-il une électronique à intercaler entre chaque ?

    Merci.

    • Le 3 septembre 2006 à 21:04, par Eric P. En réponse à : A manger, ou comment alimenter ses montages 5V

      Tant qu’on reste dans la capacités en courant du régulateur, on peut alimenter plusieurs cartes en parallèle.

      Je conseillerais éventuellement d’ajouter une capacité de découplage 100nF sur l’alimentation de chaque carte pour limiter les "pollutions" d’une carte par un autre via l’alimentation.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document