Club robotique de Sophia-Antipolis

Accueil > Découverte > Découvrir la robotique > Comment la robotique est apparue > Les robots dans la littérature

Les robots dans la littérature

dimanche 27 novembre 2005, par Gilles S.

 Historique

La première fois qu’apparaît le terme "Robot", c’est dans la comédie utopique "Rossum Universal Robots" par Karel Capek (1890-1938), docteur en philosophie de l’université de Prague. Le mot robot vient du tchèque roboti, verbe qui signifie travailler de manière pénible, effectuer de lourdes taches.

Dans la pièce, Rossum est un savant qui a découvert une substance chimique semblable au protoplasme, à partir de laquelle il a conçu des êtres appelés robots, qui ressemblent à des humains mais entièrement dirigés vers le travail : aucune vie sociale, aucun loisir, aucun désir. Hélas, les hommes tentent d’utiliser les robots pour faire la guerre, ces derniers se révoltent, prennent le pouvoir et détruisent le reste de l’humanité.

 Les Robots d’Asimov

La science-fiction s’est très vite emparée du terme pour désigner toutes sortes de créatures artificielles conçue par l’homme. Malheureusement, toutes les histoires étaient basées sur le même tabou : seul Dieu peut créer. En conséquence, chaque fois qu’un savant crée un robot, celui-ci se retourne contre son créateur et doit être ensuite détruit.

En 1939, Isaac Asimov (1920-1992), célèbre auteur américain de science fiction, choisit d’ignorer les implications philosophiques des robots humanoïdes destructeurs, mais simplement de les considérer pour ce qu’ils sont : des outils.

Ses robots intègreront donc ce qui est intégré à chaque outils que nous utilisons : une sécurité afin que cet outils ne nous blesse pas. Il s’agit en fait d’un code de comportement appelé "Les Trois Lois de la Robotique".

En effet, s’agissant de robot, Asimov trouva tout naturel d’utiliser le néologisme "robotique" pour nommer la nouvelle science qui consistait à concevoir et étudier les robots.

 Les Trois Lois de la Robotique

Première Loi : Un Robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.
Deuxième Loi : Un Robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la Première Loi.
Troisième Loi : Un Robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’est pas en contradiction avec la Première et/ou la Deuxième Loi.

 La Robotique aujourd’hui

A partir de cette époque, toutes les histoires de robot ont été basées, implicitement ou non, sur ces trois Lois.

Ces Trois Lois ont tellement marqué leur époque que le terme de Robot ne fait plus peur. La tendance serait plutôt à demander pourquoi le robot à tout faire n’est toujours pas arrivé dans les foyers !!

Les roboticiens admettent bien volontiers l’influence d’Asimov sur leur carrière. Les robots actuels, même s’il ne sont pas encore assez puissant pour ’comprendre’ entièrement ces Lois, contiennent des règles qui s’en inspirent plus ou moins.

Ainsi, nous vivrons peut-être un jour le rêve d’Asimov : humains et robots non pas concurrents mais compagnons, progressant main dans la main sur le chemin de la connaissance.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document