Club robotique de Sophia-Antipolis

Accueil > POBOTpedia > Fabrication > Les pratiques > Utilisation d’outils et de machines > Taraudage et filetage pour tous

Taraudage et filetage pour tous

vendredi 17 mai 2013, par Eric P., Julien H., Llorenç

La fixation par écrou et boulon permet d’assembler deux pièces préalablement percées. Mais dans nos constructions de taille réduite où la place est limitée et les accès parfois difficiles pour tenir l’un ou l’autre des éléments de visserie, il est pratique de pouvoir les remplacer en travaillant la matière des pièces pour faire apparaitre un pas de vis : il s’agit des opérations de taraudage et de filetage.

Un peu de vocabulaire s’impose, afin de ne rien confondre. Il faut également du matériel et de la pratique. L’expérience acquise sur nos différents projets n’est pas vaine car il n’y a pas de seconde chance : la lime à épaissir n’existe toujours pas et une fois percés ou limés, les matériaux sont perdus.

 Vocabulaire

La partie interne est un boulon ou une tige filetée : le filet (hélice) est en saillie et son pas (écartement) est régulier.

La partie externe est un écrou ou un trou taraudé : le filet est en creux et son pas doit être le même que la partie interne afin de ne pas abimer le filet.

On parle de saillie et de creux en fonction du diamètre nominal considéré, en haut ou en bas du filet.

Le filetage et le taraudage sont les opérations qui permettent d’utiliser la pièce elle-même pour servir de tige filetée ou de trou taraudé afin de remplacer le boulon ou l’écrou. On peut faire les deux opérations en même temps mais c’est délicat : généralement les pièces reliées entre elles sont de grande taille et les faire tourner l’une autour de l’autre peut s’avérer impossible lorsque d’autres liaisons seront

Le pas du filet permet d’empêcher les translations des matières l’une dans l’autre dans les trois dimensions. Seule une rotation selon l’axe d’insertion reste possible : pour l’empêcher, on utilisera le plus souvent un contre-écrou et éventuellement des rondelles, avec un relief ou des dents pour servir de frein.

 Outils

Des pièces normées en matériau dur (plus dur que la matière que vous souhaitez travailler en tout cas) sont utilisées : pour fileter, ce sont des filières et pour tarauder, ce sont des tarauds.

Afin d’enfoncer la matière dans ces pièces ou inversement, on utilise un levier de maintien appelé "tourne-à-gauche".

 Pratique

Nous pratiquons le plus souvent du taraudage, c’est donc lui qui va être présenté ici.

Dans la pratique, on utilise un jeu de trois tarauds : ébaucheur, intermédiaire et finisseur. La quantité de dents et le diamètre varient, du plus fin et moins mordant (ébaucheur) jusqu’au diamètre souhaité avec toutes les dents (finisseur).

Les tarauds sont référencés d’après le diamètre nominal du taraudage (en mm)
et de son pas (distance entre 2 filets).

Bien entendu, il faut faire un premier trou dans la pièce pleine avant de pouvoir passer le taraud.

Le diamètre de perçage

Attention : le diamètre du filet correspond à la crête de l’hélice, il faut donc laisser de la matière. En effet, pour un boulon référencé pour 3 mm par exemple, son diamètre externe a des filets de 3mm. Donc si on perce à 3 mm il va passer au travers mais on ne risque pas de visser ! Pour fileter à 3 mm il faut percer à moins (2,5 mm). Pour du 4 mm nominal il faut percer à 3,3 mm etc... Les correspondances se trouvent au dos du curseur de nombreux pieds à coulisse numériques.

Pour ce qui est du choix du diamètre de perçage, pour les petites dimensions, nous prenons en général une taille de foret en-dessous, car dans des matériaux tendres comme l’aluminium et avec des forets bon marché, on a vite fait d’ajouter 1/10ème de mm au diamètre ! La théorie c’est bien, la pratique c’est mieux.


Un conseil : pour du filetage de 2 mm, je percerais à 1.5 au lieu de 1.6. Avantage : c’est beaucoup plus facile de trouver des forets de 1.5 que des forets de 1.6 en grande surface de bricolage !

Autre règle : toujours lubrifier le taraud à l’huile de coupe, et éviter les tarauds à 1 passe.

Astuce !

Pour garantir la meilleure tenue du filetage, j’ai aussi pour habitude de ne pas le terminer au taraud finisseur... mais avec le boulon qui va aller dedans, surtout dans des matériaux tendres et pour les petits diamètres (ex : 3mm et en-dessous).

Attention, cela n’est bien entendu valable que si le matériau du boulon est plus dur que celui du filetage (ex : dans de l’alu). Si on fait cela avec de l’acier, en général c’est le filetage du boulon qu’on refait ;-(

Coût

Attention aux kits de filetage et taraudage bon marché : ils finissent tous à la benne car c’est une catastrophe. Nos travaux ne mettant la plupart du temps en œuvre que des filetages limités (ex : 2mm, 3mm, parfois 4 ou 5), le mieux est d’acheter des tarauds de qualité uniquement dans les dimensions dont on a besoin, et un tourne à gauche dont les bras ne se dévissent pas à tout bout de champ pendant qu’on opère.

De plus les kits incluent souvent les filières et porte-filières, alors que 90% de l’usage qu’on fait est du taraudage. Donc au final, on ne va pas forcément dépenser plus, mais on optimisera l’utilisation des outils achetés.

Vos commentaires

  • Le 24 janvier à 19:32, par Evelyne En réponse à : Taraudage et filetage pour tous

    Bonjour,
    est-il plus facile manuellement de fileter une tige en laiton de 8 mm de diamètre, qu’une tige en laiton de 4 mm ? Il semblerait pour moi, que plus le diamètre et le pas de vis sont petits, plus c’est difficile d’avoir un mouvement harmonieux, qu’en pensez-vous ?
    Merci.

    • Le 24 janvier à 19:49, par Eric P. En réponse à : Taraudage et filetage pour tous

      Il est exact que plus le diamètre est faible et plus il est difficile d’engager correctement le taraud ou la filière au démarrage. Une technique consiste à se confectionner un guide qui aidera à maintenir l’outil en bonne position pendant qu’on le tourne. Une simple cale (un bout de manche à balai par exemple) percée au diamètre de la tige à fileter ou du taraud peut convenir.
      Dans le cas du filetage d’une tige, on passe celle-ci dans le trou jusqu’à faire affleurer son extrémité, puis on plaque la filière sur la face de la cale (il est important de l’avoir coupée bien à l’équerre).
      Dans le cas du taraudage d’un trou, on pose la cale sur la surface de la pièce où est le perçage à tarauder et on utilise le trou comme guide pour le taraud. Une autre option pour ce type d’opération est de monter le taraud dans le mandrin d’une perceuse à colonne au lieu d’utiliser le tourne-à-gauche, et de le tourner à la main pour entraîner le taraud.
      Avec un peu d’entraînement, on parvient à réaliser les opérations de manière rapide et sans casse.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet 2013 à 15:50, par Julien H. En réponse à : Taraudage et filetage pour tous

    Pour compléter cet article, une photo d’un taraudage à la perceuse avec un seul passage de forêt ! à réserver aux experts qui ont plus de quinze années d’expérience. En l’occurrence notre ami JP qui taraude tout du 2 mm au 6 mm de cette façon, y compris les pièces de R2-D2.

    PNG - 1.5 Mo
    • Le 8 juillet 2013 à 16:45, par Llorenç En réponse à : Taraudage et filetage pour tous

      J’en reste pantois, tel un pâtissier à qui l’on montre un croissant pur beurre à l’huile de palme ...
      Après tout, tant que le maître d’ouvrage est satisfait des résultats escomptés tout va pour le mieux.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document