Club robotique de Sophia-Antipolis

Accueil > Découverte > Découvrir la robotique > Typologie des robots > Les robots de téléprésence

Les robots de téléprésence

mercredi 15 septembre 2010, par Julien H.

Une nouvelle application de la robotique mobile s’est grandement développée en 2010 : la télé-présence. Il ne s’agit plus de fournir un remplaçant autonome mais de permettre d’être présent à distance, le moins virtuel possible.

Actuellement, les modèles (que nous vous présenterons ci-dessous) se composent d’une base mobile, d’une caméra, d’un écran et de haut-parleurs. Avant d’y ajouter des bras préhensiles, un dispositif de réalité augmentée (pour identifier ce qu’on voit autour de soi) et d’action à distance (prendre le contrôle des équipements informatiques que l’on a en visuel).

L’objectif est simple : proposer une meilleure interaction entre plusieurs personnes dont l’une n’est pas dans le même lieu. Voici une présentation des améliorations possibles par rapport à une simple visioconférence.

- une liberté de mouvement accrue : on augmente le champ de vision bien plus qu’avec une simple caméra "pan-tilt" et on permet des déplacements qui dynamisent l’échange.

- une présence plus forte : tous ceux qui utilisent une caméra pour communiquer à distance en ont fait l’expérience, on a un contrôle complet sur ce que voit son interlocuteur. On peut couper la caméra, on peut faire afficher n’importe quel document. Bien sûr, c’est valable dans les deux sens, mais il y a une frustration que la télé-présence peut affranchir : en mettant à disposition un lieu et l’accès à son contenu plutôt qu’en sélectionnant ce qu’on accepte de montrer, on rétablit une égalité entre présent et absent.

- une possibilité d’action : les technologies modernes permettent d’ajouter des services dans les objets du quotidien. L’informatique ubiquitaire est en pleine expansion.

 Technologies utilisées

Avec l’Universal Plug’n’Play (UPnP), on peut donner un identifiant à une ampoule et lui demander de s’allumer ou s’éteindre à distance. En permettant à un robot de télé-présence d’identifier tous les éléments connectés et en les représentant sur l’écran de la personne distante, on peut lui permettre d’agir sur l’environnement.

Ce principe peut s’étendre aux éléments non-électroniques : avec des codes-barres imprimés sur des documents papiers, le robot peut scanner l’ensemble des documents sur une table et proposer une version numérique à la personne distante.

Les étiquettes RFID peuvent également prendre le relais et permettre une identification du matériel distant : une interface de réalité virtuelle entre la personne distante et le robot (tous les deux réels) peut améliorer l’accès à l’information (en donnant l’avantage au télé-acteur d’en savoir plus sur le contenu d’une pièce qu’à la personne présente).

 Cas concret

Rêvons un peu (et oui, il ne s’agit pas dans cet article de développer un business case pour l’industrie mais de se faire plaisir) : un atelier de 3 personnes qui travaillent sur le robot de la Coupe 2011. Ils ont besoin de l’aide d’un spécialiste en micro-contrôleurs pour faire fonctionner une carte : plutôt que de passer une heure à lui décrire ce qui ne marche pas, le spécialiste (qui peut se trouver à l’autre bout du monde) va se connecter avec un robot de télé-présence, tourner autour du terrain pour voir évoluer le robot, se pencher sur les écrans de contrôle pour suivre les courbes de mesures en temps réel, puis sélectionner parmi les différentes cartes électroniques celle qu’il veut reprogrammer : sur son ordinateur ainsi que sur celui des trois compères vont s’afficher le dernier code connu dans l’environnement de développement, le code est corrigé et le spécialiste à distance va déclencher la programmation de la puce, commander le déplacement du robot jusqu’à la position de test et voir sans intervention d’une personne présente ce qui se passe avec le nouveau code.

 Exemples connus

Le MIT a lancé une version miniature, à utiliser sur un bureau, avec un écran affichant le visage. Il est décrit par exemple ici.

Et la France n’est pas en reste, avec le Gostai Jazz.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document