Club robotique de Sophia-Antipolis

Accueil > Projets et études > Nos réalisations > Radeau environnemental > Baptême de la coque

Baptême de la coque

mardi 15 mai 2007, par Eric P.

Dans la génèse d’un vrai bateau, il faut savoir qu’on met la coque à l’eau (et donc on baptise le navire) alors que le travail est très loin d’être achevé, car très souvent les machines ne sont même pas installées, et que les aménagements sont inexistants. La raison est simple : immobiliser une cale sèche coûte très cher, et dès que le chantier peut flotter, on le met à l’eau et on continue le travail au quai.

Et bien, on va faire pareil et tester comment se comporte notre radeau sur l’eau. En gros, comment il flotte.

 Derniers travaux

Il fallait quand même lui faire un pont, et après avoir cherché moult options alliant légèreté, rigidité, résistance à l’eau, modicité du coût,... on s’est arrêté sur la solution suivante :

- plateau en contre-plaqué hydrofuge de 5mm
- renforts raidisseurs inférieurs confectionnés avec des goulottes électriques de récupération
- fixation rapide sur les traverses avec des colliers lyre pour tuyaux D50

Voici une illustration de l’envers du décor :

JPEG - 161.5 ko
Structure du pont
JPEG - 144.3 ko
Détail fixation du pont

La cale en bois (récup encore) sert à mettre à niveau le collier lyre avec les bords de la goulotte. On aurait pu découper ceux-ci, mais :
- ça diminue la rigidité à cet emplacement
- c’est du travail en plus

Tant qu’on est hors d’eau, un petit aperçu des propulseurs montés :

JPEG - 215.2 ko
Configuration montée

 Maman les p’tits bateaux...

Grâce à la gentillesse de mon voisin (merci Philippe), je n’ai eu que quelques mètres à faire pour mettre en contact Medusa I avec son élément naturel. Et oui, maintenant notre radeau est baptisé, et je me suis octroyé le privilège d’en choisir le nom car l’intimité qui nous a unis pendant cette longue gestation crée des liens :-)

JPEG - 187.5 ko
JPEG - 217.3 ko
JPEG - 174.5 ko

Pour simuler un peu de charge utile, on a placé les batteries (plus de 4kg à elles seules) et les propulseurs sur le pont. La ligne de flottaison arrive à peu près à mi-hauteur des flotteurs. Sachant que Medusa I pèse déjà presque 10kg sans les batteries, cela signifie qu’il nous reste encore 10kg de réserve de flottabilité si on décidait d’immerger totalement la partie horizontale des flotteurs (ce qu’on ne fera pas de toute manière).

Bon, tout cela à l’air rassurant, car l’étanchéité ne pose apparemment pas de problème (aucune bulle d’air au niveau des collages lorsqu’on enfonce tout sous l’eau).

Il ne reste plus qu’à ajouter un peu d’électronique pour effectuer les premiers essais de navigation. Mais ce sera pour dans huit jours...

Vos commentaires

  • Le 16 mai 2007 à 11:19, par thierry En réponse à : Baptême de la coque

    As tu essayé de faire une bombe à coté pour tester la stabilité de la plate-forme ?

    • Le 21 mai 2007 à 20:45, par ? En réponse à : Baptême de la coque

      Je ne suis pas certain que mon voisin aurait été d’accord. Je crois qu’il a déjà des problème avec sa piscine.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document