Club robotique de Sophia-Antipolis

Accueil > Projets et études > Etudes techniques > En pleine nature > À la poursuite du soleil

À la poursuite du soleil

lundi 29 octobre 2012, par Eric P.

Suivre la course du soleil est un automatisme régulièrement demandé pour des projets de panneaux solaires ou de fours solaires en vue d’obtenir l’incidence la plus directe des rayons lumineux, afin de réaliser une source d’alimentation en site isolé qui soit la plus efficace possible.

On trouve assez facilement des articles (magazine Elektor, site web Instructables) montrant un dispositif de suivi d’une source de lumière à base de simples photo-résistances ou LDR.

Document PDF sur un suiveur solaire paru dans Elektor de juillet 2011

Ce montage a l’avantage incontestable d’être très simple. Malheureusement, il a aussi l’inconvénient d’être trop simpliste au niveau du principe utilisé.

Le problème du suivi de type cadran solaire (car en fait, c’est ce qu’on fait ici puisqu’on suit la direction de la source lumineuse, qui n’est autre que l’opposé de celle de l’ombre du gnomon [1] du cadran solaire) est qu’on ne suit pas le soleil en fait, mais la source lumineuse résultant du passage de sa lumière dans le masque constitué par la couche nuageuse. Du coup cette méthode est très sensible aux ombres - et pour cause ;) - et notamment à celles des nuages qui passent. Par une journée ensoleillée mais avec quelques nuages qui défilent, le panneau va alors se mettre à suivre leur ombre défilante, et donc à "battre de l’aile" un peu (voire beaucoup), ce qui est rarement bon pour l’ensemble du dispositif. On le voit d’ailleurs très bien dans la partie finale de la vidéo, lorsque le démonstrateur crée une ombre avec sa main.

On peut améliorer les choses en appliquant sur les variations un filtre passe-bas de très très basse fréquence (plusieurs minutes), via un bout de logiciel, de manière à ne pas prendre en compte les variations rapides, étant donné que le soleil n’est pas censé se déplacer très vite dans le ciel.

Lorsqu’on veut avoir quelque chose de fiable et précis, le suivi du soleil se fait par le calcul de sa position dans le ciel en fonction de l’heure courante (on trouve pas mal de bibliothèques de code et d’algorithmes çà et là). La déclinaison du soleil peut ainsi être corrélée aux coordonnées et à l’inclinaison du terrain.


[1rien à voir avec un individu à la croissance contrariée, le gnomon est l’aiguille d’un cadran solaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document