Club robotique de Sophia-Antipolis

Accueil > L’association > En public > Les compétitions de robotique > Coupe de France > Coupe 2006 : Funny Golf > Construction du terrain > 14 janvier 2006

14 janvier 2006

Bienvenue au pochard

samedi 14 janvier 2006, par Eric P.

Rectificatif : au pochoir.

Comme prévu, on attaque le cerclage de couleur des trous. La seule option pour aller vite est la peinture au pochoir. Je ne me sens en effet pas la main assez sûre pour faire un cercle digne de ce nom au pinceau à main levée, même en l’ayant tracé au préalable sur la table.

Au passage, quand je vous disais qu’il pouvait faire très froid dans mon gourbi :

JPEG - 34.2 ko
Sa kail grav

 Fabrication du pochoir

Après avoir analysé plusieurs matériaux, j’ai sélectionné deux éléments :
- du transparent épais, utilisé pour faire des couvertures de documents (merci au responsable de la reprographie)
- une dalle de revêtement de sol
(merci à l’ouvrier carreleur)

Le pochoir lui-même sera fait avec le transparent. On y trace deux cercles :
- un de 50mm, qui servira au centrage du pochoir sur le trou,
- un de 100mm qui sera la ligne de découpe

On découpe ensuite le cercle de 100mm afin d’obtenir le pochoir. La technique de centrage sera la suivante : on replace le disque intérieur qu’on vient de découper dans le trou du pochoir, et on positionne l’ensemble grâce au cercle de 50mm du disque intérieur. On enlèvera ensuite le disque central pour la mise en peinture (sans blague ?).

Le transparent seul ne suffit pas, car pour éviter les infiltrations de peinture entre le pochoir et la planche, il faut le maintenir bien plaqué. On va donc s’aider de la dalle de revêtement de sol, dans laquelle sera découpé un trou un peu plus grand que celui de pochoir (110mm en l’occurrence). Faute de scie cloche de 110mm de diamètre, la réalisation du trou est faite avec un outil pour découpe circulaire qu’un fournisseur d’outillage anglais chez qui je m’approvisionne (Chronos) a eu la bonne idée de me faire cadeau il y a quelque temps dans le cadre d’une promo commerciale.

JPEG - 24.8 ko
Vaut mieux pas laiser les doigts au milieu quand ça tourne

Voilà le tout après un premier essai de peinture :

JPEG - 29.6 ko
Les différents éléments du pochoir

J’en entends déjà qui se posent la question : mais pourquoi ne pas utiliser la dalle seule, avec un trou au bon diamètre ? Tout simplement parce qu’il n’est pas possible d’obtenir un bord bien net et ne présentant pas d’irrégularités génératrices de défaut de bordure. Alors que la découpe au cutter du transparent est parfaitement nette.

Maintenant que le pochoir est fait, quelle technique utiliser pour peindre ? On a le choix entre :
- le pinceau
- l’aéro

On aurait aussi pu penser à :
- l’éponge
- le chiffon
- le blaireau (si, si, ça s’utilise pour la peinture au pochoir, et ça ne designe pas le gars qui tient l’outil)
- le doigt
- ...bon, j’arrête le délire avant que ça ne dégénère
mais ça me plaisait moins.

L’essai du pinceau est un échec (selon mes critères en tout cas). Même en utilisant un petit pinceau, avec peu de peinture, et en faisant hyper-méga-gaffe, il y a des infiltrations, et donc la limite de la zone peinte est totalement KK (buerkk).

On ressort donc l’aéro et on prépare un peu de peinture correctement diluée. Et là c’est le top. La preuve :

JPEG - 18.8 ko
L’empire du Soleil Levant

Conclusion : aéro vainqueur haut la main, et cette fois-ci ce ne sera pas juste pour le fun que je l’utiliserai.

On est donc parti. La planche est sortie du local, car grand soleil (ok, on a de la chance, car c’est assez courant dans notre contrée sudiste).

Voici le premier trou peint, avec le pochoir et les feuilles de papier de protection (je craignais un brouillard de peinture au-delà du pochoir, mais ces protections se sont avérées inutiles) encore en place.

JPEG - 23.3 ko
Premier essai pour de vrai

A ceux qui se demandent pourquoi le trou n’est pas au milieu de la dalle : c’est tout simplement à cause de la profondeur réduite de ma perceuse à colonne (regardez attentivement la deuxième photo de l’article).

Et le même tout seul.

JPEG - 25 ko
Pas mal

C’est plutôt clean, non ?

En y regardant de plus près, pas tout à fait, car malgré la dalle, le bord du pochoir réussi à se soulever légèrement avec le souffle de l’aéro, et cela entraîne un léger flou dans la limite. Il faudra donc mettre du poids dessus pour les prochains essais, et faire en sorte de ne pas souffler vers le bord du pochoir afin de réduire les risques. La meilleure méthode sur ce point est de souffler à la verticale, et au niveau du bord. Ainsi, la peinture va bien jusqu’à la limite du trou, et le souffle a tendance à plaquer le pochoir sur la planche. Seul petit problème : dans cette position, l’aspiration de peinture dans le godet se désamorce régulièrement, et il faut alors périodiquement vaporiser à l’horizontale dans le vide pour réamorcer le dispositif.

Résultat des courses : une fois la technique prise, ça dépote à donf et les cerclages s’enchaînent rapidement, car, avantage de l’aéro, la peinture sèche très vite vu que la couche est minimale. De plus, lorsqu’on a obtenu la bonne combinaison fluidité de peinture et réglage de la pression, on ne met pas plus de temps qu’au pinceau. On passe donc du rouge au bleu, et en fin d’après-midi, l’ensemble des cerclages est terminé :

JPEG - 50.6 ko
C’est t’y pas joli ça ?

Il ne manque plus que les deux lignes noires.

 Petites retouches...

Il était temps d’ailleurs, car depuis que le soleil est passé derrière la crête de la colline d’en face, il fait plutôt froid, et on y voit moins bien.

Retour à l’intérieur de la planche et du peintre. On va se finir avec les retouches des totems (vous vous souvenez, le décollage du scotch de protection avait révélé des petits défauts à la lisière.

Armé d’un pinceau à maquette modèle plus-petit-ça-existe-pas (fabriqué avec des poils de pestouf [1]), on y va patiemment :

JPEG - 28.1 ko
Le souci du détail

Ben oui, j’ai la vue qui baisse un peu vu mon grand âge (à moins que ce ne soient les bras qui raccourcissent)...

 ...et révélation fracassante

Et c’est d’ailleurs l’occasion de vous révéler ma vraie identité : je suis un Cylon [2]

JPEG - 29 ko
Je suis un Cylon

A suivre...


[1petit animal qui s’accroche aux poils de c$$ll$s des morpions

[2pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un Cylon, je les invite à regarder la rediffusion en ce moment de Battlestar Galactica
sur je ne sais plus quelle chaîne du satellite

Vos commentaires

  • Le 15 janvier 2006 à 22:49, par Julien H. En réponse à : Epaisseur de peinture

    Petites questions :
    - du fait de la faible épaisseur de la couche à l’aéro, est-ce qu’elle va partir plus vite ?
    - de quelle couleur est l’intérieur des trous ? comment as-tu évité de peindre à l’intérieur ?

    • Le 15 janvier 2006 à 23:02, par Eric P. En réponse à : Epaisseur de peinture

      > du fait de la faible épaisseur de la couche à l’aéro, est-ce qu’elle va partir plus vite ?

      Je ne pense pas. On verra à l’usage.

      > de quelle couleur est l’intérieur des trous ? comment as-tu évité de peindre à l’intérieur ?

      Je n’ai pas essayé d’éviter de peindre l’intérieur (en fait il y a un peu de brouillard qui y est allé) car ça n’a aucune importance : le "puits" en PVC va venir le garnir, et donc on ne verra plus le champ de la planche. Donc la réponse à la première question est : gris (c’est la couleur du PVC)

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2006 à 22:25, par Julien H. En réponse à : Battlestar Galactica

    Encore bravo Eric pour ce travail remarquable ! Et quelle culture !

    Je recommande Battlestar Galactica de 2003 qui passe effectivement sur le câble. C’est la télésuite du BG de 1978 et sert de pilote à la série de 2004-200x que je n’ai pas encore vu. C’était le message constructif du samedi soir..

    • Le 14 janvier 2006 à 22:36, par Eric P. En réponse à : Battlestar Galactica

      C’est dingue ça : je n’ai même pas le temps de finir la rédaction de l’article que tu y mets déjà des réponses :-) Je parie que du coup tu n’es pas lu la version finale.

      A noter que j’aurais aussi pu vous dire que le suis Geordi La Forge.

      à ceux qui ne savent pas non plus qui est Geordi La Forge, allez donc visionner Star Trek (qui passe aussi sur je ne sais plus quelle autre chaîne du satellite ou du câble) ou bien allez faire un tour ici

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document